A l'approche de la présumée fin du monde en ce 21 décembre, de nombreuses personnes se ruent vers les montagnes.

Le village de Bugarach n’est pas le seul à attirer les convoitises à l’approche de la supposée fin du monde, en ce 21 décembre 2012. Les personnes convaincues de celle-ci semble très intéressées par les montagnes en forme de pyramide, qui pour certains abriteraient des entités extra-terrestres sensées extraire les humains « élus » à l’approche de la fin du monde… Pour d’autres, il s’agit tout simplement d’une réflexion logique, les sommets étant des points protecteurs.

C’est une montagne située au sud-est de la Serbie qui attire cette fois les fanatiques : celle-ci émettrait des ondes électromagnétiques bienfaisantes et afficherait à l’approche de la « fin du monde » complet suite à un grand nombre de réservations. Bien que celle-ci ne dispose pas d’un grand nombre de lits, ce sont tout de même 250 personnes qui devraient attendre ce soir l’apocalypse tous ensemble. Pour information cette montagne culmine à 1570 mètres, et ces réservations ont été effectuées bien à l’avance d’après le directeur de l’hôtel.

Une fin du monde programmée à 23h :

Le directeur de l’hôtel a indiqué aux journaliste que cette « mode » leur avait octroyé cette année 30% de touristes supplémentaires, tant pour la supposée fin du monde que pour un séminaire ayant eut lieu le 20 décembre. De quoi ravir cette petite entreprise. Toujours d’après le directeur, les Serbes ne sont pas les seuls à s’être empressé de réserver leur place et l’ont compte plusieurs familles étrangères, notamment des français, allemands et même des australiens.

Alors rumeur ou réalité ? D’après les études du calendrier maya, la fin du monde devrait avoir lieu en ce vendredi 21 décembre sur les coups de 23h. Pour d’autres, il s’agit tout bêtement de la fin d’un cycle, qui devrait être suivi par un nouveau. Malgré de gros débats sur le sujet, beaucoup ne se laissent pas « berner par cette rumeur » et profiteront de l’occasion pour faire la fête en famille ou entre amis, afin d’être tous ensemble « une dernière fois, juste au cas où… »